🏠 Accueil
 
  

Psychonauts 2 n’aurait jamais dû exister !

September 20, 2021

Il y a 16 ans, le petit garçon que j’étais découvrait des mondes fascinants à explorer. Seaside Hill, Poudlard et Montsympa sont autant de lieux virtuels importants pour moi dans lesquels j’ai vécu des expériences qui m’ont donné envie de continuer à jouer avant de créer mes propres titres. Pourtant, aucun d’entre eux ne m’a autant marqué que le camp du Roc qui Murmure. C’est ici que j’ai incarné Razputin, un enfant de 10 ans qui a fuit le cirque familial pour devenir un agent spécial mental : un Psychonaut. Très drôle mais aussi incroyablement torturé, le jeu m’avait laissé le sentiment d’avoir vécu une grande aventure que je n’oublierai jamais.

J’ai 10 ans, encore une fois !

Le défi est de taille lorsqu’il s’agit de sortir la suite d’un jeu comme Psychonauts. Les fans de la première heure sont bien plus âgés et les nouveaux joueurs n’ont jamais entendu parler du jeu sortit, je le rappelle, sur Xbox et PlayStation 2 (oui, je suis vieux à ce point-là !). De fait, comment préserver l’atmosphère irréelle et drôle du premier titre tout en adoptant les standard de l’industrie actuelle ? La réponse est donnée dès les premières secondes de jeu : une mise en scène ambitieuses, des zones à explorer qui fourmillent de détails et un travail artistique exceptionnel. Psychonauts 2 ne s’appuie pas sur son aura d’antan pour que la mayonnaise prenne. Chaque ligne de dialogue, chaque morceau de musique, chaque niveau à explorer est tout simplement fascinant.

Pour ceux qui n’auraient pas joué à Psychonauts, sachez simplement que le deuxième volet débute après que Bob Zanotto, Chef des Psychonauts, ait été secouru de sa prise d’otage par l’affreux docteux Loboto, un dentiste qui pratique l’extraction de cerveau sur son temps libre. Le jeu démarre donc au moment où Raz pénètre dans son esprit pour y chercher des réponses sur le plan qui a permis la capture d’un personnage de premier plan.

On y retrouve évidemment les personnages du premier jeu comme le coach Oleander tous comme les agents Milla et Sasha. L’incontournable Ford Crueller, ancien Chef des Psychonauts se fera désirer, pour mieux faire une entrée fracassante plus tard dans l’aventure. Tous les ingrédients sont réunis pour retrouver cette ambiance de jeu de plateforme à l’ancienne, avec des passages secrets à explorer, de nombreux objets à colleter et des pouvoirs à débloquer.

Cependant, les défauts du premier opus ont été gommés. Razputin répond au doigt et à l’œil à chaque pression de bouton et le système de vie a tout simplement été supprimé. La priorité ici, c’est l’immersion du joueur et la disparition de tout ce qui pourrait occasionner de la frustration inutile. L’aventure n’en est que plus fluide et je ne me suis jamais demandé ce que je devais faire pour progresser tant tout semblait naturel.

Les troubles de l'esprit, tout en douceur

Psychonauts 2 réussi brillamment l’exercice complexe de matérialiser des troubles mentaux, des blocages affectifs, et tout un tas d’autres fonctionnement de notre esprit en niveaux de jeu. Les doutes, la mauvaise humeur et l’anxiété deviennent des ennemis contre lesquels vous devrez combattre tandis que certaines pathologies donnent lieu à un level design éclaté en différents univers au sein d’un même esprit.

Le résultat, en plus d’être convaincant, permet de ne jamais faire deux fois la même chose. Le sentiment de découverte est permanent et cette matérialisation des obstacles émotionnels ou mentaux auxquels sont confrontés les protagonistes du jeu sont traités avec bienveillance et empathie. Les « méchants » ne le sont finalement pas tant que ça et les « gentils » ont aussi leur part d’ombre. Finalement, sans que l’histoire n’atteigne jamais des sommets de complexité, la variété des situations, toutes plus absurdes les unes que les autres et la délicatesse avec laquelle chaque sujet est traité m’a permis de m’identifier bien plus facilement aux différents personnages du jeu. Tous s’avèrent attachants, même si je préfèrerai ne jamais avoir à rencontrer certains d’entre eux en vrai !

1 esprit = 1 jeu

Si Psychonauts 2 repose sur une base de gameplay relativement simple à comprendre, chaque esprit est une zone de jeu bien à part. Dans la réalité comme dans les esprits où vous entrerez, vous pourrez utiliser de nombreux pouvoirs comme la télékinésie ou la lévitation pour progresser. Chaque pouvoir pourra être associé comme bon vous semble aux touches d’action prévues par le jeu, et ce, n’importe quand !

Néanmoins, les esprits ont chacun leur structure, leurs règles et surtout : leurs obstacles. Vous serez surpris de découvrir des niveaux avec pour chacun le potentiel de devenir un jeu complet. Le tout reste parfaitement cohérent grâce à cette base de gameplay que j’évoquais précédemment. Il vous faudra alors explorer ces différents cerveaux pour y trouver des réponses à vos questions, mais aussi des boss, symboles de grands défis à surmonter, que vous devrez terrasser.

Les combats de boss ne sont jamais très difficiles mais sont particulièrement amusants et tout à fait absurdes. Attendez vous à affronter des ennemis impossible et improbables qui ont leur propre façon d’attaquer, de se déplacer et même de parler !

Du grand art pour un jeu techniquement solide

La force de Double Fine, le développeur du jeu, c’est d’avoir une équipe d’artistes infiniment talentueux soutenus des développeurs qui n’ont rien à leur envier. Sur Xbox Series X, les temps de chargement sont inexistants ou presque, la distance d’affichage est plus que satisfaisante et le jeu ne souffre jamais de ralentissement. Pourtant, les zones à explorer sont immenses et fourmilles de détails, même dans les arrière-plans. L’immersion n’est jamais rompue et tout s’enchaîne suffisamment bien pour que l’aventure ne connaisse jamais vraiment de temps mort.

Finalement, le style graphique si particulier du jeu, à base de personnages difformes et d’objets aux proportions surprenante, fonctionne grâce à cette complémentarité entre l’art et la technique. Peu de jeux parviennent à ce résultat, en particulier lorsque la direction artistique ne cherche pas à verser dans l’hyper réalisme. Ici, les personnages improbables côtoient des objets et des textures de plus vraie que nature, le tout embelli par des effets de lumières dont seul l’Unreal Engine a le secret.

Je ne commettrais pas l’erreur d’oublier le travail sur le sound design et la musique qui sont les piliers du monde vibrant et coloré de Psychonauts 2. Malgré l’absence d’une version française, les doubleurs originaux n’ont vraiment rien à ne se reprocher, chaque réplique sonne juste grâce à des acteurs passionnés et une écriture à se tordre de rire. Amateurs de cynisme et d’humour absurde, Psychonauts vous ravira sans aucun doute.

Comment ce titre peut-il exister ?

Je suis navré d’aborder le sujet une nouvelle fois mais la question se pose. Psychonauts 2 n’aurait jamais dû exister dans le contexte actuelle, non ? Aucun DLC, pas de season pass, pas de boutique ou d’achats intégrés au jeu et aucune extension à l’horizon. Pas d’édition spéciale, de goodies, bref, rien qui né génère beaucoup d’argent en très peu de temps.

Pourtant, avec le concept d’esprits à explorer et de collectibles à ramasser, la porte semblait grande ouverte à une pléthore de DLC hors de prix avec des costumes, des émotes, des zones de jeu supplémentaires.

Au lieu de ça, j’ai profité d’un titre parfaitement optimisé, exclusivement solo et fondamentalement intelligent dans sa conception et son exécution. Je ne peux que souhaiter que plus de jeux atteignent le degré d’excellence du jeu de Double Fine et de Microsoft dans les années qui arrivent. Nous manquons cruellement de titres comme Psychonauts 2, des titres conçus par des artisans du jeu vidéo, des vétérans amoureux du média dont le seul objectif est de créer le meilleur jeu possible !

Yanis Abounacer

CrossPlay

CrossPlay

Une équipe soudée et passionnée !

 

 

© CrossPlay 2021